Les fruits de mer pendant la grossesse : ne les fuyez pas, bien au contraire !

cooked-shrimp-dressed-with-lemon-juice-in-china-bowls_4460x4460.jpg

Les fruits de mer sont très bons pour la santé et devraient être consommés au moins une fois par semaine (et bio de préférence). Seulement, beaucoup de futures mamans s’abstiennent d’en manger par crainte de contracter une infection. Il suffit pourtant de respecter quelques règles d’hygiène pour pouvoir savourer sans risque crustacés et autres mollusques riches en fer et minéraux. Qu’attendez-vous pour rendre une petite visite à votre poissonnier ?! 

Les bienfaits des fruits de mer

Les crustacés (langoustine, crabe, crevette, gambas, etc.) et les mollusques (huître, coque, moule, calamar, etc.) apportent des protéines de très bonnes qualité. On peut leur reprocher leur haute teneur en sodium mais on aurait tort de se passer de leur forte valeur nutritionnelle !

Leur teneur en iode est particulièrement intéressante. Or, cet oligo-élément qu’on connait de nom mais dont on ignore bien souvent les bienfaits, a des conséquences sur la fertilité et sur le développement intellectuel, y compris celui du fœtus !

Les fruits de mer apportent également du fer, utile à la maman dont les besoins sont accrus pendant la grossesse en raison du développement du placenta, de la croissance du fœtus mais également de la hausse du volume sanguin.

Ils sont aussi une bonne source de vitamines B, notamment la vitamine B12, nécessaire à l’équilibre du système nerveux du bébé, et de zinc dont la carence peut entraîner des malformations du fœtus.

Quelques règles d’hygiène

Le risque est l’intoxication alimentaire qui peut engendrer des troubles digestifs chez la future maman et impacter la qualité ou la quantité des nutriments transmis au bébé, jusqu’à l’accouchement prématuré ou plus rarement le décès du fœtus dans le cas de la listériose.

IMG_5985 (2)

La règle est simple, tous les fruits de mer doivent être dégustés bien cuits (donc ni crus, ni fumés ni marinés).

Finis donc les huîtres fraîches et les carpaccios de Saint-Jacques… Mais ne désespérez pas, outre les classiques moules marinières, il existe de nombreuses recettes de coquillages cuits (voir plus bas) ! Attention tout de même, le coquillage ne doit pas être consommé s’il ne s’ouvre pas lors de la cuisson.

Les crustacés, comme les crevettes, bigorneaux ou bulots, vendus déjà cuits peuvent être consommés sans risque, à condition de les acheter bien frais chez votre poissonnier, de les mettre au frigo juste après l’achat et de les déguster dans les 24h. Si vous n’êtes pas sure des conditions d’hygiène et qu’ils ne sont pas servis chauds (et donc cuits de nouveau), évitez de les consommer hors de chez vous.

A noter enfin que les surimis vendus dans les supermarchés ont déjà été cuits et peuvent donc être savourés sans crainte, à condition de les manger rapidement après ouverture. N’en abusez pas pour autant, le surimi a peu d’intérêt nutritionnel : il contient seulement 30% de poisson (et pas de crabe contrairement aux idées reçues !) et de nombreux additifs (sucres, épaississants, exhausteurs de goût, etc.).

A vos fourneaux !

oysters-on-the-half-shell_4460x4460

Huîtres chaudes pour 4 personnes

Préparation : 15 min

Cuisson : 30 min

Ingrédients : 48 huîtres ; 6 échalotes ; 20 g de beurre ; 4 cuillères à soupe de crème fraîche ; un peu de gruyère râpé ; 20 cl de jus de pomme ou de citron (qui sont de parfaits substituts au vin blanc dans les recettes car, même si l’alcool s’évapore en grande partie lors de la cuisson, on n’est jamais trop prudent : toute consommation d’alcool peut représenter un risque pour bébé !)

  • Ouvrez les huîtres et détachez la coquille du haut.
  • Epluchez et coupez les échalotes en lamelle. Faites les revenir dans le beurre chaud. Avant qu’elles ne commencent à colorer, ajoutez le jus et laissez réduire. Ajoutez la crème.
  • Versez la préparation dans chaque huître, saupoudrez légèrement de gruyère râpé puis enfournez sous le grill quelques minutes pour qu’elles gratinent.
  • Servir aussitôt.

Retrouvez mon article sur le site internet de la maternité des Diaconesses (Paris 12)


NB : en cas d’allergie, de maladie ou tout problème de santé supposé ou avéré, y compris pendant la grossesse et l’allaitement, l’alimentation doit être impérativement adaptée et prescrite par un médecin. Les conseils donnés dans ce blog, sur les réseaux sociaux ou lors des consultations ne sont fournis qu’à titre informatif, ils ne sauraient en aucun cas se substituer à l’avis d’un professionnel de santé.


Photos :  by Michelle Krozser and Sheila Pedraza Burk from Burst 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s